Témoin

À la rencontre d’un I.P.A. – Alexis Blanc

Alexis Blanc @ CD48

Installez-vous confortablement et découvrez le témoignage inspirant d’Alexis Blanc, qui s’est récemment établi en Lozère avec l’appui du réseau Lozère Nouvelle Vie !

Du haut de ses 36 ans, Alexis Blanc était Montpelliérain depuis toujours. Mais c’est pourtant bien en Lozère qu’il a fait le choix d’exercer un métier un peu mystérieux : I.P.A. Alors non, il ne s’agit pas d’un style de bière, mais d’une profession paramédicale qui a vu le jour il y a quelques années seulement : Infirmier en Pratique Avancée. Grâce à deux années d’études supplémentaires par rapport à un cursus classique d’infirmier, l’I.P.A. se voit octroyer davantage de compétences, notamment pour le suivi des maladies chroniques. Un vrai atout pour les médecins avec lesquels il collabore, et pour les patients qu’il accompagne !

Fraîchement diplômé, Alexis s’est mis à la recherche d’un environnement propice à l’exercice de son métier. Souhaitant en outre quitter le milieu urbain pour offrir une vie plus sereine à sa famille, c’est tout naturellement qu’il a pris contact avec Lozère Nouvelle Vie en novembre 2020. La Lozère, il la connaissait un peu, ayant notamment traversé les Cévennes sur les pas de Robert Louis Stevenson. Mais c’est finalement sur la petite ville de Langogne qu’il a jeté son dévolu. « Sur Langogne, il y a vraiment tout ce qui est nécessaire… et donc, le bon plan, c’est Langogne quoi ! » déclare-t-il ainsi (tout en précisant que sa famille a un petit faible pour la Boulangerie du Vieux Pont…).

Côté pro, Alexandre a rejoint l’équipe dynamique de la maison de santé du Haut-Allier. Forte de 12 professionnels aux expertises complémentaires (médecins généralistes, kinés, psychologue, sage-femme, orthophoniste…), elle assure un parcours de soins coordonné à ses patients. Côté perso, la famille s’est récemment agrandie, avec l’arrivée d’un deuxième enfant. Des enfants qui profitent du bon air lozérien, mais aussi d’un cursus scolaire de qualité. « L’école est vraiment bien équipée », nous confie Alexis. « Ils font des sorties et des activités qui sont vraiment intéressantes, et en plus, ils ont un nombre d’élèves par classe qui permet d’avoir de bonnes conditions d’enseignement ! »