Actualité

Un site contributif pour déterminer les domaines d’innovation prioritaires de la région

Publié le 30 avril 2013

Jusqu’au 15 mai, la Région et l’Etat attendent les contributions des acteurs de la recherche et du monde économique pour orienter une part importante du fonds FEDER jusqu’en 2020.

Dans le cadre de la prochaine programmation des fonds européens 2014-2020, l’Union européenne attend des régions qu’elles élaborent une stratégie de recherche et d’innovation de « spécialisation intelligente » (« smart specialisation strategy », dite 3S).

Cette stratégie de recherche et d’innovation doit permettre d’identifier un certain nombre d’activités novatrices qui participeront au développement économique régional pour les sept prochaines années. L’élaboration d’une 3S est un préalable à l’obtention des financements européens (FEDER). Les fonds FEDER seront en partie fléchés sur les « domaines d’innovation » remarqués pour leur potentiel de croissance.

L’enjeu est donc d’identifier les domaines d’innovation pour lesquels le Languedoc-Roussillon dispose d’atouts, et dont les acteurs de terrain (entrepreneurs, chercheurs,…) partagent et proposent une vision commune sur des projets collectifs d’activités nouvelles, génératrices d’innovations, susceptibles de créer un développement économique significatif à moyen terme (à l’horizon 2020).

Les contributions sont attendues sur le site www.3S-en-LR.com pour faire connaître ou faire émerger des idées d’activités nouvelles. A l’issue de la consultation en ligne, une synthèse des contributions sera réalisée dans le cadre d’ateliers, et les projets seront priorisés.

Une quarantaine de thèmes ont d’ores et déjà été identifiés et qualifiés selon leur intensité en emplois et leur intensité technologique, dont une dizaine seulement seront retenus dans quelques semaines.

Certaines thématiques, parmi les plus porteuses, sont particulièrement adaptées aux ressources et aux projets lozériens. Il s’agit des domaines innovants générant une part importante d’activité économique dans la région.

  • Gestion, utilisation, recyclage des ressources en eau,
  • Services et équipements pour une agriculture durable,
  • services et technologies pour l’autonomie et le mieux vieillir,
  • Culture et formation numériques,
  • TIC et environnement,
  • Traitements des données numériques.

D’autres domaines fortement présents dans le département, et particulièrement intenses en main d’œuvre, pourraient être incités à innover dans le cadre des futurs programmes. Il s’agit de « géants endormis », selon les termes de Dominique FORAY, Professeur à l’Ecole Polytechnique de Lausane, et concepeteur de le 3S.

  • Tourisme de nature, tourisme culturel ou patrimonial,
  • Exploitation des eaux,
  • Agriculture biologique.

Inversement, parmi les secteurs connus pour la qualité et la qualité de la recherche disponible dans la région, certains pourraient être accompagnés pour créer des emplois en Lozère. Il s’agit de niches innovantes, générant pour le moment un moindre activité numérique, les « lutins excités » selon Dominique FORAY.

  • Valorisation énergétique de la Biomasse,
  • Télémédecine et e-santé
  • Approches thérapeutiques innovantes
  • Gestion des écosystèmes et biodiversité.

Enfin, le traitement statistique sur la base de plus de 20 critères descripteurs a mis en évidence des domaines d’activité économique et d’innovation moindre, dont certains sont pourtant bien présents en Lozère.

  • Sylviculture et première transformation du bois,
  • Gestion, élimination et valorisation des déchets.

Les contributions possibles jusqu’au 15 mai 2013, ont naturellement vocation à faire évoluer cette cartographie. Lozère Développement à la disposition des acteurs lozériens qui souhaiteraient formuler un projet collaboratif.

Source :

www.3s-en-lr.com

Contact

Sébastien OZIOL, s.oziol@lozere-developpement.com