Actualité

Financement des projets à potentiel : les fonds propres au cœur des débats.

Publié le 22 janvier 2009

Lozère Développement réunissait une soixantaine d’acteurs économiques, (chefs d’entreprises, porteurs de projets, investisseurs et institutionnels) autour des dispositifs régionaux de financement de l’innovation.

Le tour de table des acteurs régionaux du financement des projets innovants qu’organisait Lozère Développement, lundi 19 janvier 2009, était animé par Patricia REEB, la Directrice du Business Innovation Centre de Montpellier, réunissant les pépinières d’entreprises Cap Alpha et Cap Omega.

Depuis 1987, près de 400 start-up ont été accompagnées par le BIC de Montpellier Agglomération. Le taux de réussite est supérieur à 80 % trois ans après la création (pour une moyenne nationale de 63,4 %). Des chiffres qui témoignent de l’efficacité d’une méthode d’accompagnement, partagée par le réseau Synersud auquel adhère Lozère Développement.

En introduction, le Président de Lozère Développement, Président du Conseil Général, Jean-Paul POURQUIER, revenait sur l’initiative de créer une agence de développement en Lozère, prise il y a un peu plus d’un an par l’Assemblée Départementale. Se félicitant de l’intérêt suscité par le thème de la réunion, auprès des chefs d’entreprise, ainsi que du nombre de projets représentés, il renouvelait son engagement à soutenir l’économie locale à travers un service d’accompagnement des projets pour accompagner, et même susciter, le dynamisme démographique de la Lozère.

La rencontre du 19 janvier visait à expliquer comment, avec quels outils, un créateur d’entreprise peu surmonter la difficulté d’accroitre ses fonds propres pour faire levier auprès de financeurs publics ou bancaires.

Les collectivités, en particulier la Région, et l’Etat, à travers Oséo, interviennent pour soutenir les projets innovants, en amont de la création d’entreprise, à hauteur des fonds propres du porteur de projet. Lors d’une précédente réunion, en novembre 2008, à POLeN, animée par Anne LICHTENBERGER, Directrice de Transferts LR, et Roland DYBA, Chargé d’affaires à Oséo, cette difficulté avait été pointée, en insistant sur la nécessité de partager le risque.

Les plateformes d’initiative locales, qu’elles soient dédiées à l’innovation, comme Créalia, ou plus généralistes, comme Lozère Initiative, proposent des prêts d’honneur personnels, que le futur créateur d’entreprise peut apporter à sa société.

Plus tard, les investisseurs privés pourront prendre une participation dans l’entreprise, en investissant directement dans le capital, à travers des actions ou obligations, sans jamais devenir majoritaires.

Pour clore ce cycle de réunions, Lozère Développement réunira prochainement un dernier tour de table avec les représentants du monde bancaire, impliqués de façon différente dans le soutien des projets économiques.

Claude JACQUEMIN, Président de Sud Angels, Vice-Président de France Angels, en charge de la commission « Membres et Déontologie » de ce réseau national regroupant près de 4000 investisseurs, insistait sur la complémentarité entre les investisseurs financiers et le concours bancaire. Comme les autres intervenants de la table ronde, il indiquait que sont rôle était de prendre une part du risque, en connaissance de cause, avec l’appui de l’expertise des structures d’accompagnement telles Lozère Développement.

Source : Lozère Développement