Sonia Brimeur, accompagnatrice équestre

Une cavalière passionnée d'histoire

 

A la Cavale du Malzieu, Sonia Brimeur partage sa passion des chevaux et propose promenades et randonnées dans les paysages de Lozère. Un quotidien au plus près de la nature en réponse à un rêve d’enfant.

 

“J’ai découvert la Lozère quand j’avais une dizaine d’années : La Canourgue, Le Bleymard, Le Malzieu, Florac…” C’est fidèle à une émotion de l’enfance que Sonia Brimeur décide de s’installer dans ce département douze ans plus tard. Après l’école du Louvre à Paris et des études d’histoire de l’art, elle travaille une saison comme accompagnatrice équestre bénévole sur le Mont Lozère. Jusqu’au jour où elle a un coup de cœur pour un joli chalet en vallée du Lot. “Cavalière depuis mon plus jeune âge, j’intègre alors une formation d’accompagnateur de tourisme équestre à Saint-Chély-d’Apcher.”

En 2001, elle installe sa structure de tourisme équestre au bord de la Truyère, sur la commune du Malzieu-Ville. La proximité de l’autoroute A75 de Clermont-Ferrand à Montpellier est idéale pour des promenades en Margeride et sur l’Aubrac. Chez elle, tout est en extérieur. Un chalet en bois pour l’accueil, aucun boxe. “Chevaux et poneys vivent en troupeau dans les pâturages et ont ainsi un caractère sociable et le pied sûr”, affirme-t-elle. Sonia répond aux attentes d’un public de touristes et de « locaux », enfants et adultes, en recherche d’activités de pleine nature. Elle organise des promenades à la journée ou la demi-journée. Depuis 18 ans bientôt, avec sa vieille jument Bonita, elle fait découvrir les pistes de Lozère “à tous les publics qu’ils soient débutants ou cavaliers confirmés. Et toujours avec la même passion ! Ici les pistes sont idéales, le territoire est peu peuplé, les paysages tout le temps différents. Je ne me lasse pas de la Lozère.

Avec les montures dans la Truyère

 

Sa balade préférée, “la porte des fées” près du Malzieu ou la tour d’Apcher et son trésor monétaire qui passionne les foules !” Il y a là toute une histoire à raconter avec la découverte, à proximité du site du château, de 9 000 pièces du XIIe et XIIIe siècles ; une vierge du XIIIe trouvée dans la chapelle castrale et actuellement exposée dans l’église du Malzieu". Autre plaisir quand il fait beau, se baigner dans la Truyère avec les chevaux. « Ici, la météo est très particulière. De novembre à mars, les hivers sont rudes. Le gros de la saison, il faut le faire de mars à la Toussaint. Le reste du temps se passe en soins.” Elle entretient ainsi 15 chevaux et 5 ou 6 poneys à l’année.

 

Sonia se souvient que l’adaptation à la vie en Lozère ne lui a posé aucun problème. Elle-même est d’une nature rieuse, joyeuse, dynamique. Et le cheval permet de nouer des liens. “Je réalise que je rencontre beaucoup de personnes âgées. Certaines me proposent des bottes de foin pour me dépanner !” Elle travaille avec des gens d’ici, se constitue une bonne équipe de fidèles. “Le monde du cheval est un petit milieu où l’on s’intègre facilement. On se connaît tous sur la Margeride !”

Cette ex-citadine de 39 ans ne renie pas ses goûts pour les musées, les cinémas… “J’adore toujours la ville mais j’aurais du mal à y retourner. Vivre et travailler ici, c’est retrouver un mode de vie sain loin des rythmes effrénés. On est aussi plus vrai. C’est ce que j’ai voulu partager avec le plus grand nombre et offrir à mes deux filles en particulier".