Mathieu Turière, gérant de Lozère Meubles

Le bois permet de belles rencontres avec les gens

 

Sur la commune de Palhers, Lozère Meubles fabrique des meubles en pin des Landes dans la tradition lozérienne. Mais la valeur ajoutée de l’entreprise du pôle Cordesse Habitat se trouve dans la rénovation de meubles anciens. Un concept porté par Mathieu Turière, gérant depuis février 2014 . Un Lozérien avisé, ambassadeur du savoir-faire local.

 

 

"Il était impensable pour moi de laisser partir tout un savoir-faire. Et puis je suis très attaché à ce département où j'ai tous mes souvenirs." C’est avec fierté que Mathieu Turière,  37 ans, fait visiter les ateliers de fabrication de Lozère Meubles, à Palhers : “Le nom est venu spontanément”, se souvient-il. En reprenant la SARL Cordesse Production alors en redressement judiciaire, il conserve les 6 emplois existants. Son objectif : commercialiser un concept de rénovation de cuisines et de meubles et pérenniser la fabrication de meubles en pin des Landes made in Lozère. Il se souvient : “Les employés ont passé des moments difficiles dans la crainte de perdre leur emploi. J’ai choisi de leur proposer d’être actionnaires de leur entreprise. Même à 1 %, c’est important. Ils se sentent impliqués et la gestion est transparente.”

 

Aujourd’hui, la rénovation représente 60 % du chiffre d’affaires de la société. Dès le départ, Mathieu s’est appuyé sur la force de vernissage de l’entreprise… et ne tarit toujours pas d’éloges sur ce savoir-faire local : “Toute la finition, ça veut dire le nettoyage, le décapage, le laquage, la teinte, le vernissage et les patines. La patine, c’est ce qui fait l’ombrage sur le bois…” Mathieu part chercher un modèle. “Le bois, c’est un support pour communiquer avec les gens !”

 

Un coup de jeune, des couleurs mode

 

Les meubles restaurés prennent un coup de jeune, dans des couleurs mode époustouflantes. Gérant de Lozère Meubles, Mathieu porte aussi la casquette de salarié actionnaire de Cordesse Cuisines “Quand le coût de la rénovation n’est pas approprié, on sait dire au client qu’on peut lui fournir une cuisine neuve.”

 

Le leitmotiv de ce Lozérien qui a passé son enfance à Sécheyroux commune de Palhers, juste au dessus de l'entreprise, est de communiquer sur la Lozère pour faire connaître son département. « Quand on dit Lozère, bien souvent on parle du Gévaudan… A peine si on nous situe entre Montpellier et Clermont-Ferrand !” Avec Lozère Meubles, il a expatrié le nom du département jusqu’en Russie où “tout est en place pour développer le marché. Le Russe aime les produits français, c’est pour lui une garantie de qualité.” Ici pour la rénovation, sa zone de chalandise est la Lozère, le Cantal, l’Aveyron, et dans une moindre mesure la Haute-Loire. “Nous sommes toujours à la recherche d’une meilleure productivité, dans le souci d’innover et d’améliorer notre offre.”

 

La solution serait de mutualiser les forces pour éviter l’exode dans un département de 78 000 habitants. Mathieu réfléchit à une offre clé en mains pour proposer aussi des salles de bain. “Mais il faut s’adjoindre les services d’électriciens, de plombiers… C’est compliqué. Or si on ne mutualise pas, les gens vont ailleurs.” Il sait que l’avenir sera difficile, qu’il faut aller “chercher les chantiers”. Mais il ne se plaint pas. “Nous nous réunissons chaque trimestre, chacun amène son idée. Tout le monde avance dans le même sens. A la force des poignets, on y arrive ! ”